La diététique chinoise

 

La diététique chinoise, qu’est-ce que c’est?

 

La cuisine chinoise est célèbre pour ses mets aux 1 000 saveurs et ses banquets aux innombrables plats raffinés... Il n'y a pas de doute, la Chine a bel et bien développé une connaissance approfondie de l'alimentation. Mais il ne s'agit pas que de gastronomie : la diététique chinoise est d'abord conçue pour entretenir la santé, à partir des principes de base de la Médecine traditionnelle chinoise (MTC). « La médecine et les aliments proviennent de la même source », dit un proverbe chinois. Cette diététique est d'ailleurs l’une des 5 pratiques de la MTC, les 4 autres étant l'acupuncture, la pharmacopée chinoise, le massage Tui Na et les exercices énergétiques (Qi Gong et tai-chi). Elle sert donc à soigner, bien que d'une façon moins puissante que la pharmacopée ou l'acupuncture, par exemple.

Selon les théories de la diététique chinoise, tous les aliments possèdent des propriétés entraînant une action sur le corps et susceptibles d'agir sur la maladie. Ces théories reposent d'abord sur les grands principes de la Médecine traditionnelle chinoise, comme le Qi, le Yin et le Yang, etc. (Pour une présentation de ces principes, voir la fiche générale Médecine traditionnelle chinoise.)

Les qualités particulières et subtiles des aliments

En Occident, les individus sont considérés comme ayant des besoins à peu près comparables et les aliments sont analysés en fonction de leur teneur en éléments nutritifs : vitamines, gras, protéines, etc. La diététique chinoise considère plutôt que chaque personne représente un « terrain » distinctif et qu’elle ne sera pas sensible aux mêmes aliments. De plus, les aliments sont surtout classifiés en fonction de critères qualitatifs plutôt que chimiques ou biologiques. Ces critères n'en sont pas moins codifiés de façon précise. Voici les principaux.

- La vitalité de l’aliment. Elle dépend de sa fraîcheur, du mode de culture ou d'élevage, du type de cuisson et de son intégrité (transformation minimale par raffinage, broyage, irradiation, etc.). Plus la vitalité d'un aliment est forte, plus il est bénéfique.

- La nature de l’aliment. Elle correspond, entre autres, à l'effet thermique et physiologique qu'il produit dans le corps, indépendamment de sa température au moment de l'absorption. Cette caractéristique se présente selon un continuum : froid, frais, neutre, tiède, chaud.

On peut dire que les aliments de type tiède ou chaud ont pour effet d'augmenter l'activité métabolique et de fortifier l'énergie Yang. Les aliments de type frais ou froid ont la propriété de « refroidir la Chaleur », de ralentir les réactions de l'organisme et de soutenir l'énergie Yin.

Bien qu'ils possèdent d'autres propriétés, les aliments de type neutre n'ont pas d'effet thermique et devraient composer une partie importante du repas, puisqu'ils nourrissent et renforcent l'organisme sans le déstabiliser. Voici quelques exemples d'aliments en fonction de leur nature. (À noter que la classification peut légèrement varier selon les auteurs.)

Froid : asperge, céleri, tomate, banane, crabe.
Frais : aubergine, blé, mangue, blanc d'oeuf, huître.
Neutre : arachide, chou, ananas, beurre, boudin.
Tiède : citrouille, oignon, riz, poulet.
Chaud : alcools forts, gingembre sec, piments.

Toutes les natures doivent habituellement être présentes dans un repas, mais généralement dans des proportions qui diffèrent en fonction de la constitution de chacun.

- La saveur de l’aliment. Chaque saveur (piquante, douce, amère, acide, salée) engendre une activité spécifique dans l'organisme. Chacune permet également de nourrir un des Organes et, à travers celui-ci, tout le système qui en dépend.

L'harmonie des saveurs est fondamentale à l'équilibre, car manquer d'une saveur induit la malnutrition de toute une catégorie de fonctions. En contrepartie, l'excès d'une saveur se retourne contre l'énergie de l'Organe auquel elle est associée. On peut dire, par exemple, que l'alimentation occidentale souffre d'un excès de saveur douce à cause de la surabondance d'aliments sucrés (le sucré est de la saveur douce très concentrée). Voici quelques exemples d'aliments en fonction de leur saveur.

Piquant : oignon, radis, huile de soya, coriandre.
Doux : boeuf, caille, carotte, tofu, réglisse.
Amer : foie de porc, laitue, rhubarbe, vinaigre.
Acide : fromage, tomate, cerise, raisin.
Salé : canard, crabe, sauce soya, algues.

- La « forme » de l’aliment. Elle désigne 3 caractéristiques : sa couleur (vert, rouge, jaune, blanc, noir), sa consistance (dur, fibreux, charnu, croquant, mou) et son degré d'hydratation (humidifiant ou asséchant).

L'harmonie des couleurs d'un repas joue surtout sur le plaisir des yeux, qui est important pour une bonne digestion. La consistance des aliments va conditionner la façon de mastiquer, de déglutir et d'assimiler leur énergie. Un équilibre entre différentes consistances est donc souhaitable. Quant au degré d'hydratation, disons que les aliments hydratants sont indispensables pour renouveler les liquides organiques, mais ne doivent pas être pris en excès, au risque de provoquer des troubles de l'Humidité et des mucosités.

Quelques autres principes

Outre les propriétés des aliments eux-mêmes ainsi que la constitution et la condition du mangeur (s’il a une grippe, par exemple), les Chinois considèrent que d’autres facteurs influencent l'effet d'un aliment ou d'un repas.

  • La provenance de l'aliment : les végétaux ayant poussé à proximité sont plus appropriés à notre constitution que ceux venus d'une autre région du monde.
  • Le mode de préparation : de façon générale, les aliments cuits sont préférables aux aliments crus.
  • Le contexte : climat, saison, heure du repas.
  • Le cadre : ambiance du repas.

En résumé, la diététique chinoise comprend un ensemble de règles d'hygiène alimentaire dont la théorie et la pratique sont basées sur des observations établies au cours des millénaires. Son objectif est très pratique. Il consiste à contribuer à la santé en fonction de la constitution de chacun à l'aide des produits de la nature.

Applications thérapeutiques de la diététique chinoise

 

 

Comme mode de prévention

Les données scientifiques sont on ne peut plus claires : l'alimentation occidentale est source de nombreux problèmes de santé et même de maladies graves. Si les principes de la diététique chinoise semblent compliqués et rébarbatifs à première vue, quelques-uns peuvent être intégrés assez facilement dans les habitudes alimentaires - ne serait-ce que pour, dans une première étape, favoriser une meilleure digestion. Le reste suivra graduellement.

Comme approche curative

Dans la plupart des cas, les aliments ne sont pas assez concentrés pour exercer une importante action curative. Ils peuvent toutefois agir en complémentarité avec d'autres thérapeutiques pour aider à rétablir l'équilibre des forces d'autoguérison.

Les règles de la diététique chinoise peuvent aussi être fort utiles pour soigner un grand nombre de problèmes liés au système digestif, lorsque ces problèmes sont causés par une alimentation inadéquate.

En ce qui concerne l'obésité, la Médecine traditionnelle chinoise - sans nier le rôle des facteurs génétiques, héréditaires et familiaux - propose un point de vue particulier, toujours en fonction de la constitution particulière de chaque individu. Par exemple, le choix de certains aliments se fera en fonction du tempérament. En bref, disons que les constitutions très Yin digèrent mieux les aliments Yang et vice-versa (voir le test sur le site La diététique du Tao). Par ailleurs, l'obésité peut être causée par un excès d'Humidité et de mucosités attribuable à une faiblesse de la Rate. Une alimentation tenant compte de ce principe pourrait aider à rétablir un poids normal. Un praticien de médecine chinoise pourra vous suggérer une alimentation pertinente pour ce problème.

Pour soigner avec les aliments, il faut être en mesure de cerner les déséquilibres dans l'organisme et leurs causes. Ce genre d'analyse ne peut être mené que par une personne dûment formée à la Médecine traditionnelle chinoise ayant intégré les notions de diétothérapie dans sa pratique (docteur, praticien ou acupuncteur).

Recherches

La diététique chinoise a fait l’objet de très peu d’études cliniques aléatoires. La majorité des écrits portent surtout sur la description des concepts de base de l’approche selon certains problèmes de santé1-4.

En 2009, une étude de petite envergure a montré que la diététique chinoise pouvait être une thérapie complémentaire dans le traitement de l’hypertension chez les individus présentant un déséquilibre du Yin et du Yang5.

 

La diététique chinoise en pratique

 

Le changement d'habitudes alimentaires est un processus très lent. Aucun livre ou stage ne peut transformer votre façon de manger : il faut s'exercer tous les jours.

Cela dit, les conférences, cours ou stages peuvent grandement aider à comprendre les principes et à les appliquer sans trop de confusion. Ces activités sont souvent organisées par des acupuncteurs, des professeurs de Qi Gong ou des instituts de formation en médecine chinoise.

Si on est un peu familiarisé avec les principes de la MTC, on peut aussi arriver à prévenir ou soigner quelques affections courantes. Vous pouvez également consulter l’article Les aliments qui guérissent qui fait le pont entre théorie et pratique et propose diverses recettes.

Formation en diététique chinoise

 

La formation de thérapeute en Médecine traditionnelle chinoise (MTC) comprend tous les aspects de la diététique chinoise, qui est, rappelons-le, une des 5 pratiques de la MTC. À notre connaissance.

Les acupuncteurs possèdent des notions de diététique. Avec les thérapeute en MTC, ils sont les seuls formés pour faire l'analyse des déséquilibres selon les principes de la MTC et pour prescrire une thérapie alimentaire.


Affiche gala 2019 etape 3