Acupuncture

 

L’acupuncture, qu’est-ce que c’est?

 

 

 

 

L'acupuncture est l'une des cinq branches de la Médecine traditionnelle chinoise (MTC), avec la diététique chinoise, la pharmacopée chinoise (herbes médicinales), le massage Tui Na et les exercices énergétiques (Qi Gong et Tai-chi). L’acupuncture se base sur une approche énergétique et holistique. Selon la pensée médicale orientale, elle agit sur le Qi (prononcer tchi) qui circule dans le corps par la voie des méridiens. Des aiguilles insérées à la surface de la peau stimulent des points d’acupuncture précis afin de régulariser le Qi ainsi que des fonctions physiologiques, organiques et psychiques ciblées. En termes occidentaux, on pourrait dire que cela permet de renforcer les processus d’autorégulation et de guérison qui se mettent normalement en branle lorsque l’organisme subit une agression (causée par un virus, un stress, une blessure, etc.). Il existe une cartographie détaillée des points d’acupuncture et des méridiens ainsi que de leurs rôles pour rétablir la santé et l’équilibre du patient.

Selon la MTC, l’acupuncture permet de traiter, souvent en complémentarité avec d’autres pratiques, une variété de « déséquilibres » liés, entre autres, aux systèmes musculosquelettique (arthrite, tendinite, bursite), respiratoire (bronchite, asthme), gastro-intestinal (calculs, diarrhée), nerveux (dépression, stress), etc. Elle contribue aussi à soulager divers maux courants (mal de tête, rhume, nausées)

L’acupuncture pourrait également jouer un rôle important dans la prévention des maladies. En maximisant l’activité fonctionnelle des Viscères ainsi que la circulation des Substances, elle permettrait d’équilibrer l’ensemble des systèmes de l’organisme. Cela ferait en sorte d’empêcher la maladie de trouver un terrain propice pour s’implanter.

Si vous n’êtes pas familier avec les concepts énergétiques chinois, consultez notre fiche sur la Médecine traditionnelle chinoise qui vous donnera un bon aperçu des principes fondamentaux sur lesquels se basent l’acupuncture et la MTC.

La première consultation

AcupunctureÀ la première visite chez un praticien, ne vous attendez pas à le voir apparaître aiguilles en mains avec un petit sourire en coin... L’acupuncture est une discipline hautement élaborée et méthodique, basée sur des milliers d’années de pratique. En premier lieu, le thérapeute évalue l’état de santé de la personne et détecte ses déséquilibres énergétiques. Pour ce faire, il utilise l’observation, les palpations et des questionnaires détaillés. Il se peut qu’il vous interroge même sur les climats ou les saveurs que vous préférez - des indices supplémentaires pour corroborer son évaluation. Il prend note de vos antécédents médicaux et de vos caractéristiques (taille, poids, teint, rythme de la respiration, son de la voix, mouvements, état émotif, etc.). Il examine le pouls et la langue, écoute les bruits de l’estomac, relève les odeurs corporelles et ausculte les endroits douloureux associés aux méridiens.

Du picotement à la relaxation profonde

En général, l'effet d’un traitement d’acupuncture est relaxant. Même si les aiguilles sont, à première vue, peu invitantes, elles font rarement mal. Elles sont à peine 3 fois plus grosses qu’un cheveu et ont été conçues pour s’insérer dans la peau sans résistance. Habituellement, l’acupuncteur utilise de 1 à 20 aiguilles, qu’il laisse sur différents points pendant 15 à 40 minutes, selon le problème à traiter. On compare la sensation causée par l’aiguille à une piqûre de moustique. Mais il arrive qu'elle soit plus prononcée, allant du picotement léger à l’engourdissement, voire à une décharge électrique. Généralement, ces sensations ne durent toutefois que le temps de l’insertion de l’aiguille. D’ailleurs, certaines personnes s’endorment durant la séance!

Il n’y a pas que les aiguilles

 

Pour accroître les effets du traitement, les acupuncteurs peuvent recourir à des procédés complémentaires. Ils peuvent, par exemple, imprimer des mouvements de rotation aux aiguilles pour amplifier la stimulation. 

  • La moxibustion consiste à appliquer, sur les aiguilles ou au-dessus des points d’acupuncture, de la chaleur dégagée par la combustion d’un cône ou d’un bâtonnet de moxa (d’armoise), une herbe séchée.
  • Les Ba Guan Zi sont des ventouses que l’on fixe sur un point ou que l’on fait glisser le long d'un méridien.
  • Le Pi Fu Zhen, nommé aussi fleur de prunier, ressemble à un petit marteau doté d’aiguilles avec lequel on frappe légèrement la surface de la peau.
  • L'électrostimulation permet d’appliquer un léger courant électrique aux aiguilles. Elle est souvent utilisée pour combattre la douleur. Mais on y a également recours quand on veut obtenir une stimulation plus forte que celle obtenue par la simple manipulation des aiguilles.

Il existe différentes écoles de pensée en acupuncture. Les Coréens, par exemple, insèrent les aiguilles uniquement aux mains et aux pieds, tandis que d’autres acupuncteurs les implantent seulement dans les oreilles, particulièrement lorsqu’il s’agit de traiter des troubles de dépendance. Au Japon, l’approche traditionnelle consiste à stimuler les points énergétiques davantage par le toucher (acupression) qu’avec les aiguilles. La pratique est en constante évolution et de nouveaux styles émergent régulièrement.

Un long parcours vers l’Occident

 

La médecine chinoise aurait vu le jour il y a 6 000 ans. Ce sont les Jésuites qui, les premiers, ont ramené de Chine des écrits sur l'acupuncture à la fin du XVIIe siècle. Au début du XIXe siècle, en France, de grands noms de la médecine s'y intéressèrent. C’est toutefois sous l'impulsion de Georges Soulié de Morant (1878-1955), consul de France à Pékin pendant plus de 12 ans, que l'acupuncture prit un essor considérable en Europe à partir des années 1920.

Au Québec, l’acupuncture a graduellement été introduite par l'intermédiaire de praticiens européens. Elle y est une profession officiellement reconnue depuis 1985. Aux États-Unis ce n’est qu’en 1972 que l'approche a retenu l’attention du public à la suite du voyage historique du président Nixon en Chine. En 1997, l’acupuncture a été officiellement reconnue comme une option thérapeutique sécuritaire et efficace dans le traitement de certaines affections lors d’une conférence organisée par les National Institutes of Health américains.

 

Recherches

EfficaceContrer la nausée et les vomissements associés aux interventions chirurgicales et aux traitements de chimiothérapie. Depuis 1997, plusieurs groupes de recherche et comités d’experts ont conclu à l’efficacité de l’acupuncture pour ces usages

En ce qui concerne les nausées et les vomissements postchirurgie, les résultats sont particulièrement bien établis. En 2008, une revue systématique de 15 essais cliniques aléatoires, incluant 1 166 sujets, a montré une diminution significative du risque de nausée, de vomissement et d’usage d’antivomitif à la suite de traitements d’acupuncture. En outre, une plus importante diminution de la douleur postchirurgie a été observée 8 heures et 72 heures après l’intervention dans le groupe acupuncture, comparativement au groupe témoin.

Efficacité probableTraiter la migraine. Une revue systématique, publiée en 2009 et révisée en 2011, a évalué l’efficacité de l’acupuncture pour traiter la migraine. Vingt-deux essais aléatoires incluant 4 419 sujets ont été retenus. Les chercheurs ont conclu que l’acupuncture était aussi efficace que les traitements pharmacologiques habituels, tout en causant moins d’effets secondaires néfastes. Elle s’avérerait également un complément utile aux traitements classiques.

Efficacité probableChirurgie dentaire : analgésier et soulager la douleur postopératoire. L’acupuncture est largement utilisée en dentisterie et peut-être utilisée comme traitement analgésique principal ou complémentaire. Des résultats d’études aléatoires sur ses effets analgésiques contre la douleur postchirurgie se sont avérés positifs. Une synthèse systématique de 16 essais contrôlés démontre une nette majorité de résultats positifs.

De plus, selon les résultats d’une synthèse systématique de 14 essais aléatoires, l’acupuncture serait efficace pour traiter les troubles temporo-mandibulaires.

Efficacité probableSoulager la douleur de l’épicondylalgie latérale (tennis elbow). Bien que l’acupuncture soit largement utilisée pour soulager les douleurs associées à divers troubles articulatoires, jusqu’à tout récemment les données scientifiques ne permettaient pas de statuer sur son efficacité pour traiter l’épicondylalgie (tennis elbow). Toutefois, en 2004, les auteurs d’une revue systématique de 6 essais cliniques aléatoires incluant au total 282 patients ont conclu que l’acupuncture était efficace pour soulager la douleur liée à l’épicondylalgie latérale.

Efficacité probableSoulager les nausées et les vomissements, en particulier ceux associés à la grossesse. L’action antiémétique générale (contre la nausée et les vomissements) de l’acupuncture est largement montrée. Plus spécifiquement, un essai clinique aléatoire avec placebo mené auprès de 36 femmes enceintes a permis de montrer qu’elle était efficace durant la grossesse.

Efficacité probableSoulager les douleurs menstruelles. En 2011, une méta-analyse regroupant 6 essais cliniques concluait que l’acupuncture soulage la douleur plus efficacement que ne le font un placebo, des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) ou des herbes chinoises. Les auteurs restent toutefois prudents dans leur conclusion et estiment que plus d’études sont nécessaires pour statuer sur l’efficacité de cette approche. Les National Institutes of Health (NIH) des États-Unis ainsi que l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) reconnaissent qu’il existe certaines preuves de l’efficacité de l’acupuncture à soulager les douleurs menstruelles.

 

Bonne vacance à tous !! à l'année prochaine 

 

en attendant le montage final du film voici un petit montage photo du gala 2019